( 4 avril, 2011 )

Les amants maudits

 

Ils aimaient se balader,                                 Vous devez vous dire pourquoi,

Les chaudes nuits d’été,                                Je raconte tout cela,

Se reposant de leurs ébats,                           Et bien revenons dans l’histoire,

 Dans les beaux champs et pâturage…          Quelques années plus tard…

                       

 Le ciel sombre et étoilé,                                  La chambre sombre,

Etait d’une telle beauté,                                  D’une jeune femme,

Qu’il semblait être peint,                                Ressemblant à une prison,

Par un être divin…                                           Où tout signe de lumière est mal…

L’herbe verdoyante,                                        Le corps d’une femme à demi nue,

Où les deux amants couchaient,                     Gisant sur le lit défait,

Leurs corps brûlant,                                         Semble être la et blessé,

Se déposait une douce rosée…                        Par un évènement inattendue…

 

Le regard fiévreux,                                          Elle pleure son amant,

Contemplant les cieux,                                     Ayant été fauché il y a un an,

Ces deux amoureux,                                         Tels les blés des prés,

Etaient si heureux…                                         Où ils allaient s’allonger…

 

La nuit ne faisait que commencer,                 ( Poème inachevé)

Et le ciel révélait sa beauté,

Par une pluie d’étoiles,

Voyageant a travers la toile…

 

Car cette scène,

Semblait être trop belle,

Pour ne pas être un rêve,

Où une belle chimère…

 

Mais les deux jeunes savaient,

Que leurs futurs les rattraperaient,

Ce temps de confessions,

Et de concessions…

 

La nuit s’acheva,

Après la pluie d’étoiles,

Le matin ensoleillé,

Venait les caresser…

Publié dans Non classé par
Poster un commentaire

Pas de commentaires à “ Les amants maudits ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|